Archives, Communs

The photographers, télescopage des images

De la plongée dans les archives de Juliàn Antonio Ramirez et Adelita del Campo, conservée à la Biblioteca Valenciana (fonds AJARAC) a surgi la figure du photographe Robert Parant, actif à Montluçon à partir de 1945. Il y fait notamment son premier reportage photographique sur les funérailles de Marx Dormoy, assassiné par l’extrême-droite en 1941. Juliàn et Adelita l’ont manifestement rencontré en 1943 à Combronde (Puy-de-Dôme) où il aurait été, d’après l’autobiographie de Juliàn, l’amant de Madame Dumas qui gérait le centre d’accueil des enfants espagnols de la petite municipalité du Massif Central.

Robert Parant a fait une série de photographies d’Adelita dans ses différents costumes de scène, ainsi que quelques photos de Juliàn en M. Loyal et des parents d’Adelita dans leurs personnages de théâtre (Pakini et Ina).

Après un petit tour sur Internet, j’ai glané quelques informations sur ce photographe qui a laissé une belle collection mise en valeur par la médiathèque de Montluçon : https://www.lamontagne.fr/montlucon-03100/loisirs/pourquoi-le-fonds-robert-parant-detenu-par-la-ville-de-montlucon-et-qui-comprend-40-000-photos-est-il-exceptionnel_13736908/. Les clichés les plus anciens ont cependant été perdus suite à une inondation dans le laboratoire du photographe (5 rue de l’Est, Montluçon). Il se pourrait donc bien que les photos colorisées signées « Bob » soient les plus anciennes traces de son activité de photographe.

Dans le même temps et dans la même ville de Valence, je poursuis l’enquête sur MRBT62, un artiste de rue qui dépose depuis 6 ans son autoportrait devenu iconique sur tous types de supports à travers la ville espagnole. J’ai l’idée de faire un article sur lui pour Wikipedia, dans le sillage de celui sur l’art urbain à Valence. Un curieux personnage qui souhaite rester anonyme et qui a commencé à laisser des traces sur les murs de Valence à 62 ans. MRBT pour morabito qui veut dire marabout et 62 évoque l’âge auquel il a commencé selon sa propre expression « sa tardive vocation » d’artiste urbain.

Robert Parant et MRBT62, deux figures jumelles à travers le temps et l’espace ?

The Photographer, Carrer dels Cadirers, Valencia par @MRBT62

Archives, Numérique

Archi’Filtre, un outil qui se construit en méthode agile

Archi’Filtre est un logiciel né pour répondre aux besoins des archivistes au sein du ministère du Travail, sous l’impulsion d’Anne Lambert et Chloé Moser, intrapreneuses. D’abord entrepreneur d’intérêt général, Archi’Filtre est devenu en mars dernier une start up d’Etat au sein de l’incubateur des ministères sociaux.

C’est un outil de visualisation d’arborescences informatiques dont l’objectif est de les décrire, de les organiser et de les enrichir en apportant de la contextualisation et de la qualification aux documents en ajoutant des métadonnées. Il sera bientôt possible dans la prochaine version (milieu décembre) de mesurer le volume des doublons et de générer un rapport d’audit complet.  Archi’Filtre permet également de réaliser un paquet au format SEDA (standard d’échange de données pour l’archivage), format d’entrée des documents et leurs métadonnées dans un système d’archivage électronique.

L’équipe d’Archi’Filtre a organisé un premier openlab ce vendredi 29 novembre auquel j’ai participé avec beaucoup d’intérêt. La journée a été très riche, alternant présentations (naissance du projet Archi’Filtre, philosophie du logiciel Resip) et ateliers de co-construction avec les informaticiens du projet (designer, développeurs), ce qui nous a permis d’imaginer le design d’une nouvelle version du rapport d’audit, de faire des propositions sur la communication, de réfléchir sur les usages liés à l’identification des doublons. Le tout dans une ambiance chaleureuse, travailler dans ces conditions est un vrai plaisir, tout en poursuivant un but très ambitieux, pour reprendre la formule de conclusion de Chloé Moser : « sauver le monde de l’information bureautique ! »

Un deuxième openlab est prévu dans deux mois. Vu le succès de vendredi dernier, il va falloir envisager un amphi de la Sorbonne…

Archives

Les archives, fragments d’histoire, de savoir et d’émotion

L’écoute de cette émission de Matières à penser le 1er janvier 2017, qui s’ouvre sur la voix bouleversante de la philosophe Sarah Kaufman, m’a décidée à devenir archiviste. :

https://www.franceinter.fr/emissions/l-humeur-vagabonde/l-humeur-vagabonde-01-janvier-2017

Les archives de Sarah Kaufman sont à l’IMEC.

Archives

Chargée des Archives à Est Ensemble

Je suis chargée des archives à Est Ensemble depuis début septembre 2019. Le service, de création récente, dépend de la Direction des Assemblées et des Affaires Juridiques.

logo Est Ensemble

La communauté d’agglomération d’Ile-de-France créée en 2010, qui rassemble 9 communes de Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin etRomainville) s’est transformée en 2016 en Etablissement Public Territorial au sein de la Métropole du Grand Paris.

 

 

Archives, Communs, Numérique

Journées WIKIMEDIA 2019 Culture et Numérique aux Archives Nationales

Les GLAM (acronyme anglais pour Galeries Libraries Archives Museums), que l’on peut appeler tout simplement les institutions culturelles, sont des lieux privilégiés pour co-construire les communs de la connaissance,en partenariat avec Wikimedia France. L’objet de ces 3 jours est de partager des expériences en la matière : un moment passionnant d’échanges sur le fait d' »agir en commun », sur la médiation, sur les dispositifs que l’on peut mettre oeuvre pour y parvenir.
Tous les documents réalisés pendant ces journées (prises de note collaboratives, captations vidéos, photos…)sont disponibles sur le site de Wikimedia.

Archives, Communs, Edition, Numérique

Archiviste wikipédienne

Mon stage professionnel comme archiviste à la biblioteca valenciana Nicolau Primitiu a été l’occasion de pratiquer pour la première fois l’univers wikipédia comme contributrice.

Enseignante dans le secondaire, je partageais il y a quelques années les réserves de nombre de mes collègues : quelle est la fiabilité des articles de Wikipédia, rédigés par des contributeurs qui ne sont pas forcément spécialistes du domaine traité ?Mais ma pratique de cette encyclopédie libre, la lecture d’articles à ce sujet et plus largement mon intérêt pour les pratiques collaboratives, l’évaluation par les pairs et le libre accès ont eu raison de ma méfiance.

Je débute dans la rédaction d’articles et je constate combien le travail demandé est exigeant. Le guidage est fort, avec des tutoriels en ligne, des liens sur tous les éléments pour comprendre quelles sont les règles de rédaction et de présentation à respecter.

Malgré le temps passé et une bonne connaissance des deux exilés républicains sur lesquels j’ai fait mes premiers articles, due à la fréquentation assidue de leurs archives personnelles, mon travail est encore très largement perfectible et je découvre au fur et à mesure l’univers wikipédien, où la liberté rime avec gouvernance et respect des règles construites et modifiables par la communauté.

adelita

Mes contributions en français :

Mes contributions en espagnol :

La question des sources sur Wikipedia

 

 

Archives, Pédagogie

Professeure-relais aux AD93

Au cours des 4 années où j’ai assuré la fonction de professeure-relais aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (2008-2012), j’ai créé et animé des ateliers pédagogiques à partir d’archives. J’ai également conçu des ressources documentaires en ligne pour le service éducatif :

Dans le cadre du plan académique de formation, j’ai travaillé en partenariat avec les Archives Nationales, les Archives municipales d’Aubervilliers, les Archives départementales du Val de Marne, la BDIC, l’association Périphérie et le musée d’histoire vivante pour co-construire et animer les stages suivants, destinés à l’ensemble des enseignants de l’académie :

  • Entrez aux archives ! Découverte des archives aux niveaux local, départemental et national (Des projets en architecture, archives et patrimoine);
  • Art(s)chives, enseigner l’histoire des Arts avec les archives (Arts, culture, sciences : approches croisées (histoire des arts et enseignements d’exploration…));
  • Archives et cinéma documentaire (Arts, culture, sciences : approches croisées (histoire des arts et enseignements d’exploration…));
  • L’utilisation de l’archive en classe, les archives du mouvement ouvrier.

Les stages en archives que j’effectue actuellement comportent également un volet « valorisation » important.

AD93 de la campagne à la ville

Lettre de la professeure-relais publiée dans la plaquette de présentation du service éducatif des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis en 2010 

Enseignante d’histoire-géographie au collège Jean-Jacques Rousseau du Pré Saint-Gervais, j’exerce la fonction de professeur-relais aux archives départementales de Seine Saint-Denis (Bobigny) depuis décembre 2009. Mes principales missions sont de renforcer le lien entre les établissements scolaires et les archives départementales, d’aider à la conception des ateliers proposés par le service éducatif et de m’assurer que les activités proposées sont en lien étroit avec les programmes scolaires.

Vous êtes donc les bienvenus pour travailler sur des documents originaux avec vos élèves, du primaire à l’université, et quelque soit votre discipline et votre projet (IDD, TPE, parcours culturel, classe à PAC, Art et Culture au Collège, Histoire des Arts…). Les archives départementales sont un service public et elles assurent la conservation et la communication d’une partie de notre patrimoine écrit (manuscrits, imprimés dont la presse), figuré (cartes, plans, affiches, photographies…) et audiovisuel. Pour vous convaincre d’amener vos élèves, il me faut d’abord remettre en cause deux préjugés courants.

La première idée reçue est que les archives sont synonymes de poussière, de vieux papiers et d’érudition, fort éloignées donc de notre public scolaire. En tant qu’enseignants, notre préoccupation constante est en effet d’intéresser nos élèves, de piquer leur curiosité et de donner du sens à leur travail, condition indispensable à la réussite scolaire. Familiariser les élèves avec les documents originaux est justement un moyen pour approcher concrètement la vie des sociétés plus anciennes. La rencontre avec les traces matérielles du passé, qu’elles soient de papier ou de pellicule, est source d’émotion et de plaisir : les élèves sont en général très sensibles au « goût de l’archive » cher à l’historienne Arlette Farge.

La seconde idée reçue est que les archives sont réservées aux historiens. Certes, ils sont les premiers à plonger avec délices dans les archives, mais ils ne sont heureusement pas les seuls !  Observer un document, s’interroger sur son sens est une démarche intellectuelle commune à toutes les disciplines. Travailler sur des archives ou des documents originaux permet de placer l’élève en situation de recherche et d’appropriation des connaissances.

N’hésitez pas à nous contacter afin de travailler ensemble sur vos projets pédagogiques.

En vous souhaitant une bonne année scolaire,

Sandrine Saule

Archives, Numérique, Pédagogie

Barcamp 2017 aux AN : innover avec les données

Un des enjeux majeurs des Archives Nationales est de rapprocher les sources fiables qu’elles conservent du grand public.

Conscientes du défi porté par le développement du numérique, les Archives Nationales rendent accessibles les documents numérisés, les données numériques et les métadonnées.

Le 9 décembre 2017, les AN ont organisé un barcamp pour réfléchir aux usages des données numériques. Les principales pistes explorées par les participants sont :

  • l’amélioration de l’ergonomie pour accéder à l’information
  • des pistes pour hybrider les archives avec de nombreux usages
  • l’amélioration de la description des documents
  • l’enrichissement de l’offre pédagogique

Au préalable, des jeux de données avaient été mis à la disposition des participants :

https://github.com/ArchivesNationalesFR/Barcamp2017/blob/master/Introduction.md

barcampAN

Le principe d’un barcamp est que tous les participants participent…. Nous avons donc formé un groupe de 10 personnes ( 3 conservateurs archives et bibliothèques, 4 enseignantes,  une ergonome, une animatrice, une sociologue) dont la diversité allait bien dans le sens de l’exercice proposé : croiser les approches, trouver des solutions communes en mode collaboratif.

Notre point de départ qui portait sur l’offre pédagogique, s’est décalé au fil de la journée et a abouti au projet VRP (visualisation riche et personnalisée).

Interface d’exploration et de visualisation des ressources des Archives Nationales avec filtres chronologiques, catégorisation des ressources, espace de travail partagé.

Une expérience très enrichissante, et une invitation à traverser les murs, à ouvrir des portes et des fenêtres pour accompagner l’appel aux archives ! citoyens.

Suivi sur Twitter : #barcampAN2017